RPG L'Académie Solaria | Chap. 1 : Le bouclier contre l'apocalypse
 

Une rencontre à l'arrière goût de déjà vu...

 :: Académie Solaria :: Les Tours Nord :: Jardin Suspendu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Élève | Classe du Cosmos
Messages : 26
Date d'inscription : 06/12/2016

Carte d'Identité
Sorts:
2/25  (2/25)
Bénédiction: Lune
Une rencontre à l'arrière goût de déjà vu...

07 Samboor 2446, en fin de mâtiné.

 La traversée fut longue, mais surtout agitée. Lily ne supportait pas vraiment les remous, et avait passé le plus gros de son temps accrochée à la rambarde, espérant tout garder en elle. N'étant pas vraiment en position pour faire connaissance avec les autres, elle écrivait de temps en temps un message à sa sœur, pour s'assurer que tout se passait bien depuis son départ. A peine partit depuis moins d'une semaine, ça famille lui manquait déjà. Elle leur avait pourtant laissée la plupart de ses économies qu'elle avait amassés pendant 4 ans. Quelques 6000 dollars canadiens. Au final, il ne lui en restait que 1500 sur son compte, et même pas converti. Mais au moins, avec cela, elle était sûr que sa famille tiendrait le coup après son départ. Au final, elle avait même faillit louper l'avion, tant les au-revoirs avaient pris du temps.
La mer. Immense étendu bleue, remuant sans arrêt. Elle trouvait ça grisant. Cela lui rappelait les grandes étendus enneigées du Canada, lorsqu’en hivers, plus aucune voitures ne pouvaient rouler. Le bruit en plus.
Une fois arrivée à quais, le mal de terre l'attaqua, juste après le mal de mer. Comme elle s'était, un peu, habitué, il lui semblait que le sol tanguait maintenant. Elle passa bien 10 minutes sur le quais, finissant seule. Décidément, elle qui voulait faire bonne impression avait tout raté.
Elle réajusta son sac de sport sur ses épaules, et enleva son sweat, car visiblement, il ne ferais même pas « doux » comme disait sa mère. Au final, les pulls qu'elle avait emmenés ne lui serait sûrement pas utiles. Elle marchait sur la plage, s'approchant de l'académie qu'elle apercevait depuis un moment. Plutôt géante l'académie par ailleurs ! Elle était fasciné par le sable qu'elle n'avait jamais vu en si grande quantité. Les petits bacs à sables lui semblaient ridicules maintenant.
Une fois arrivée en bas des imposants escaliers, elle préféra monter les marches 2 à 2 plutôt que de se laisser décourager par cette première épreuve. Après tout, elle avait bien réussi à garder son déjeuner, alors un grand escalier serait un jeu d'enfant. Malgré cette détermination, elle fut plutôt heureuse de trouver la dernière marche, et soupira un grand coup en arrivant devant la porte. Le bâtiment composé de pierres blanche et rouge, était immense. Elle entrait, impressionnée, et surtout, un peu en retard.

 Furetant un peu partout, elle finit par tomber dans les jardins. Un havre de nature entouré par les murs de l'académie. Les grandes tours dominaient le jardin, et devaient même faire de l'ombre si on arrivait à la bonne heure. L'endroit était calme, et fournissait un lieu de détente. Des personnes discutaient paisiblement, sûrement des nouveaux comme elle. Elle observait tout le monde, essayant de découvrir ses nouveaux camarades. Son attention fur attiré par un homme seul posé sur un banc. Il y avait quelque chose avec cet homme. Il semblait... Cinquantenaire ? Décidément, elle le connaissait. Son visage lui disait quelque chose. Pas le temps de l'observer 1 heure, autant se présenter.

Bonjour, je suis nouvelle ici, et j'ai la forte impression que nous nous sommes déjà vu quelque part... »

 L'homme regarda vaguement son visage, et lui fit signe que non. Il semblait légèrement plus petit qu'elle. Les cheveux bruns, pas vraiment coiffés, faisaient bien ressortir ses yeux verts. Il avait globalement l'air... Usé.
Mais malgré sa réaction, elle était sûr de l'avoir déjà vu quelque part, et se n'était pas son caractère que d'abandonner si facilement. Peut être qu'en se présentant, la mémoire lui reviendrait.

 Si ça peut vous aider, je m’appelle Liam Fortier, mais appelez moi Lily. Je viens du Canada. Je suis une nouvelle ici. »

 L'homme eut une réaction. Il semblait réfléchir. Rechercher dans ses souvenirs. D'un coup, il se réveilla de son état végétatif. Jensen Hawk. Anciennement policier au Etats-Unis.
Liam se souvint de lui. Il était un policier qui, 15 ? 14 ? bref, une paire d'année en arrière, avait aidé sa mère sur une affaire. Elle se souvenait de lui, dans son salon. Elle lui parlait, mais Liam ne se souvenait plus de quoi...
Jensen lui désigna le banc, et elle s'assit à côté de lui.

- « Ça vous dérange si je fume ? » Demanda Liam.

 L'homme lui fit signe que non. Elle prit une cigarette, en offrit une à Jensen, qu'il accepta, puis celui ci , après une brève présentation,commença à lui parler de cette vieille affaire, dont elle n'avait plus vraiment de souvenirs...
Ven 9 Déc - 17:16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur | Combat
Messages : 25
Date d'inscription : 28/11/2016
le 7 Samboor 2446, 10h46.

La nuit de Jensen avait été agitée... La première journée de cours s’annonçait, et il avait déjà finit la nuit la tête dans le lavabos, et dormis sur le tapis au milieu de son salon. La faute à un message reçu sur son portable, provenant de la famille. La sœur de sa feue femme "voulait lui parler". Tu parles... à part l’entraîner avec lui dans une spirale infernale d'emmerde et de dépression, sa belle-sœur ne l'appelait que pour lui rappeler à quelle point c'était une merde. Ce qui, il en convenait, il était.Il avait balancé rageusement son téléphone par la fenêtre de son appartement, et avait commencer à boire... Bref... Une soirée géniale... D'après lui, il y avait deux types de personnes... Ce qui construisaient leurs futur d'une main sûre, et ceux qui s'acharnaient à recoller les morceaux du passé. Lui était bloqué entre les deux depuis bien longtemps, et n'avaient pas la force d'aller de l'avant.

Ce fut le froid qui réveilla Jensen de bon matin. Plus l'effet de l'alcool qu'autre chose, vu que le soleil levant des Bahamas commençait déjà à faire chauffer le thermomètre.
Il tituba vers le lavabo en essayant de ramasser les morceau de souvenirs de la nuit dernière, en vain, et vit le vomit dans la vasque. Au moins, ça, il s'en souvenait.
Il fit couler l'eau et ouvrit en grand les fenêtres, en prenant trois cachet d'antidouleur d'affilé. Au revoir le mal de tête.
Il se passa de l'eau sur le visage, prit une rapide douche en constatant encore une fois que l'alcool n'aidait pas pour la perte de poids. Puis il décida d'aller prendre l'air, en enfilant une chemise hawaïenne bleue turquoise à feuilles de palmiers vertes. Il était 8h30...

Combien de temps cela faisait-il qu'il était échoué sur se banc en plein cagnard... une? deux heures? "Bravo Jen... Très constructive cette matinée... "
Il allait étudier l'éventualité d'un éventuel retour à la maison pour manger un truc quand une gosse arriva. Et l'importuna. Super.
Malgré tout, des souvenirs enseveli dans ses tripes, remontèrent. Il avait déjà vu cette fille quelque part. Comme un air de déjà vu. Il y jeta un œil fatigué, et elle continua son discours qu'il n'écouta qu'à moitié avant de buter sur quelque-chose.
"Liam Fortier... Canada..."
Ça y est. Les souvenirs d'une des chasse à l'homme l'homme les plus haletante de sa vie (autre que la sienne) lui revinrent en tête.  Il lui fit signe de s’asseoir, et accepta volontiers la cigarette proposée. Il l'alluma et tira un peu dessus avant de dire :

"Je me souviens de toi... Tu étais la fille de l'agent Fortier... ça remonte à longtemps maintenant... Je suis Jensen Hawk, le Marshall qui à aidé ta mère."
"enfin plutôt ce qu'il en reste."
Il se secoua la tête pour se débarrasser de cette pensée et continua
"Un dealer de drogue de mon état à fui au Canada... Et on m'a envoyé le chercher. Bien sur, j'avais besoin d'une équipe. Et après un accord avec le gouverneur de ta province, on m'a filé une équipe pour le retrouver. Celle de ta mère."
A vrai dire, il était un peu pessimiste quand il à vu l'équipe la première fois. En plus, on disait souvent que la police canadienne n'existaient que pour empêcher le découpage d'arbres sans autorisation. Finalement, celle-ci était plutôt efficace.
"à peine je fus arrivé qu'on nous envoya sur les traces de l'homme... 1 mois à courir derrière cette enflure dans la neige de ta contrée... En temps qu'américain du sud, je peux te dire que je n'avais jamais vu autant de neige dans un fichu pays. Bref, ça nous à pas arrangé les choses... En plus les pistes étaient maigres. Un coup de téléphone prépayé dans des  HLM moisis, un débit de carte dans un strip-club une nuit... Le mec savait vraiment s'y faire pour se faire oublier."
Il avait un peu adoucit ses dires, car il se souvient avoir filé quelques coups de poings dans les HLM, et tiré un coup de fusil à pompe dans le faux plafond de se putain de trou à rat qu'était ce strip-club, pour calmer le ton entre la mère de la petite et le gérant.
" On à quand même réussi à remonter sa piste, un jours ou un homme se présenta au commissariat, le visage à moitié charcuté.  Il avait dit qu'il avait réussi à s’enfuir d'une bataille de gang dans les bas fond de Montréal. Ouai... ça parait étrange, mais ça existe. On suivi la piste jusqu'à retrouver cette raclure qui, visiblement c'était plu à se reconvertir dans le trafique d'organes. Malheureusement, deux contre un gang, on à un peu galérer à le choppé calmement..."
Et c'est là que Jensen à remarqué que la police Canadienne n'avait rien à envier de la police Américaine.
"En toute légalité, bien sur, on ouvrit le feu à coup de M16 sur les trafiquant... La fusillade dura presque 15 minutes avant que les choses se débloquent. L'homme à abattre avait été touché, et se repliait vers son 4x4 sous la plus grosse tempête de neige que j'avais jamais connu. 'Le temps de tout les jours' avait dit ta mère. D’ailleurs, son sang ne fit qu'un tour lorsqu'elle vit que l'homme allait à nouveau fuir. On emprunta une moto-neige à un brave citoyen après une course de 1 kilomètre à pied derrière le véhicule de la cible dans les petites rues de Montréal... Ouai, j'étais plus jeune... Et je fumais pas.
Une fois sur la selle, elle me donna ses armes et on s'engagea derrière la voiture... d'abord dans la ville, ou  les bruits des coups de feu faisaient se retourner les passants, puis dans la foret."

Il se souvenait très bien de ce moment la, vu que les coups de faux de la morts c'étaient littéralement transformé en tronc d'arbres et balles sifflantes... Et puis l'odeur de l'essence et de la poudre. Les mains engourdies par le froid agrippé à la crosse de l'arme. Jensen se redressa un peu sur le banc. On aurait dit que la dernière étincelle de vie qui habitait en lui c'était subitement transformé en petite flamme.
Il expliqua en détail comment sa mère et lui finirent par suivre le SUV à sur les rives, puis sur le Saint- Laurent, ou  les deux véhicules s'engagèrent dans un numéro de glisse agressive.
"Ce fut presque arrivé à la rive opposée que tout dérapa."
"Quel blague de merde Jen..."
Il passa la main dans ses cheveux pour encore une fois laisser cette pensée de coté, et continua.
"La glace commença à craquer sous l'épaisse couche de neige, et ça, ça sentait pas super bon... Et puis il y a eu ce tronc d'arbre. Un putain de tronc d'arbre prit dans la glace juste en face de nous.
Et forcement, sur la glace, plus le temps d'éviter... ta mère sauta sur le coté, et moi... Bah moi, je fis le con. J'attendis patiemment le choc, en me préparant à tiré sur la voiture... Enfin, si on pouvait encore appeler ça une voiture. Le choc fut rude, et je fus projeté en l'air. Au dessus de la voiture, c'était facile de voir qu'un petit coup de feu dans la glace ferait tout céder. C'est pour ça que je déchargea mon pistolet dans l'eau gelée devant le 4x4. Et ce qui devait arriva, la glace céda, prenant par le fond la voiture et ses occupants."

Il n'avait pas parlé de ce moment ou il s'était luxé l'épaule et cassé le bras en retombant lourdement sur le sol, et qu'il avait échappé à la noyade de peu, l'envoyant à l’hôpital pour trois semaine.

Il regarda la petite, et le souvenir replongea doucement dans sa mémoire... La flamme s'étouffa a mesure qu'il retraçait dans sa tête ce qu'il se passa lorsqu'il rentra en Amérique et il se ré-affala sur le banc en écrasant sa cigarette terminée sur le sol, et en prenant deux cachet d’antidépresseur.
"Et toi Kiddo... Qu'est-ce qui t’amène?"


Sam 10 Déc - 15:22
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Cherche] Jantes arrière Rmz 250 2011
» Appel à lever le ban et l'arrière-ban
» Arrière-boutique
» plan pour mettre fin à l’ exclusion de la Diaspora haïtienne et de l’arrière-pay
» Petit tutorial pour Gimp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie Solaria :: Académie Solaria :: Les Tours Nord :: Jardin Suspendu-
Sauter vers: