RPG L'Académie Solaria | Chap. 1 : Le bouclier contre l'apocalypse
 

Intrigue °1 | Épreuve d'intégration des Élèves du Cosmos

 :: Académie Solaria :: L'Aile Sud :: 3è Étage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://academiesolaria.forumactif.org
Gardien
Messages : 291
Date d'inscription : 27/08/2016


Épreuve d'intégration des Élèves du Cosmos


le 10 Samboor 2446

Une lettre où est apposée un cachet comme autrefois a été glissée sous votre porte le 9 Samboor au soir. Tous les professeurs ont reçu en même temps le même message de la part de la directrice et tous ont été décontenancés par son contenu. L'Académie les invite à préparer une dernière épreuve d'intégration pour les élèves afin qu'ils soient pleinement acceptés au sein de Solaria.

Ainsi, dans la nuit du 10, alors que le couvre feu est passé, tous sortent silencieusement de leur chambre et se séparent en deux groupes pour se répartir entre l'Aile Nord et l'Aile Sud. Les consignes ont été claires, les professeurs doivent se limiter aux couloirs des dortoirs afin de surprendre les élèves au matin. Certains n'osent pas vraiment et prépare un unique piège inoffensif, alors que d'autres n'hésitent pas à en abuser.

Tout doit être fait le plus silencieusement possible et discrètement, les professeurs ne sont pas à l'abri de croiser un élève somnambule ou ayant besoin de faire un tour. Avant que le soleil ne se lève, ils devront tous être de retour à la passerelle dans leur quartier pour s'assurer de commencer une journée normale. Il est d'ailleurs recommandé de ne pas se rendre dans les couloirs pour assister directement à la surprise des élèves.

Cependant, certains membres du personnel ont décidé de se cacher et de rester pour assister à toute la scène. Cette prochaine journée s'annonce forte en rebondissement, les professeurs sont libres à tout moment pendant la journée du 11 Samboor de replacer des pièges s'il en a l'opportunité. Il ne faut pas hésiter à pousser les élèves à donner le meilleur d'eux-mêmes.

Directives:
 
Lun 21 Mai - 12:53
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Candidat
Messages : 4
Date d'inscription : 20/11/2016

Il avait hésité à sortir de sa chambre pour rejoindre l'aile sud. L'épreuve d'intégration n'était pas le genre d'animation qui lui plaisait. Mettre en difficulté les élèves n'étaient pas ce pourquoi il avait été engagé, s'il était ici, c'était pour transmettre son savoir et apprendre aux élèves à développer leur potentiel au maximum. Pourtant, il s'était rendu furtivement dans le couloir de l'un des dortoirs comme d'autres professeurs. Cependant, il avait fait le choix de se diriger vers celui de la classe du Cosmos. S'il était surpris par ses élèves, il avait envie que ce soit ceux avec qui il allait devoir passer l'année. Il trouvait cela plus intéressant de confronter les étudiants à des situations qu'ils pourraient rencontrer plus tard dans le semestre. C'était un peu comme une initiation.  

En effet, pour parfaire ses pièges, James avait décidé d'user de sa magie et plus précisément de son sort de brume. Mais cela, il le réservait pour le dernier moment, lorsque les étudiants se lèveraient et sortiraient à peine de leurs rêveries. En attendant, il avait l'intention de poser quelques pièges sommaires, nul besoin de faire compliqué et puis surtout, il n'en avait ni le courage, ni la patience.

Il avait emporté avec lui son sac en bandoulière pour y fourrer tout un matériel de farces et attrapes. En plongeant sa main dedans, il en sortit un klaxon comme ceux que l'on pouvait trouver entre les mains des supporters de soccer. Il choisit le meilleur emplacement pour le scotcher derrière l'une des portes des élèves, ainsi quand sa victime en sortirait, elle l'actionnerait involontairement. C'était puéril et gentillet, mais il espérait que ce petit strident ferait son effet, en plus, cela pourrait faire sortir de leur lit les retardataires. Il jeta un coup d'oeil autour de lui pour voir ce que faisait le reste du personnel, mais au final, il s'en désintéressa et continua à marcher sur la pointe des pieds dans le couloir.

Sa main à nouveau au fond de son sac, il récupéra une corde. Après avoir inspecté le couloir, il l'attacha au pied de deux meubles robustes pour entraver le couloir dans sa largeur. La corde était plutôt fine, on la voyait à peine dans la noirceur de cet étage. Il en ressortit une, puis deux, et commença son stratagème à plusieurs endroits, restant assez loin des escaliers pour ne pas non plus provoquer un malheureux accident. C'était assez sommaire tout comme le piège du klaxon, mais il estimait que c'était toujours mieux que rien. Et puis si chaque professeur installait plusieurs pièges, l'endroit serait vite rempli. Il n'avait d'ailleurs pas prêté attention à ce que les autres étaient en train de mettre en place.

Quand il revient vers les escaliers, à plusieurs reprises il entendit des personnes lui dire de faire attention. Cela aurait été assez embêtant si les pièges eurent été déclenchés avant la sortie des élèves de leur chambre respective. James trouva un endroit où se cacher, il était non loin de la première corde, dans un renfoncement derrière un large canapé. D'ici, il n'avait pas eu vue très dégagé, mais il pourrait utiliser sa bénédiction quand le jour se lèverait et que les étudiants se réveilleraient. Il s'assoupit légèrement, souvent réveillé par le froissement des vêtements des professeurs et membres du personnel qui passaient devant lui. Restant aux aguets, il se tenait prêt pour laisser sa brume envahir une petite portion du couloir et créer son golem d'eau.

Luttant contre le sommeil, il était pourtant assez mal installé dans ce petit endroit, obligé de garder ses jambes repliées contre lui. Mais au moins il se savait à l'abri des regards, ce n'était pas la cachette parfaite si un étudiant se décidait à se laisser tomber sur le canapé, quoi qu'avec un peu de chance, il pourrait lui flanquer une belle peur. Il pensa à prendre son téléphone pour l'éteindre. Il prit cependant la peine de regarder l'heure avant, le moment allait bientôt sonner.
 
Mar 29 Mai - 17:38
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur | Survie
Messages : 15
Date d'inscription : 03/05/2018

Carte d'Identité
Sorts:
5/25  (5/25)
Bénédiction: Lune
Toute la journée de 10 Samboor, le professeur Hartmann n’avait pas été disponible pour qui que ce soit. Parfois aperçut dans un couloir, y passant rapidement, il était surtout resté enfermé dans sa chambre, la majorité du temps.
Parce qu’il adorait cette intégration d’élèves.

Bien sûr, Haru devait ronger son frein et ne pas concevoir de piège blessant directement un élève mais il ne se portait pas responsable, si un élève venait à se heurter la tête ou à glisser, en se débattant.

C’est donc à la tombée de la nuit que l’allemand se glissa dans les couloirs de l’aile sud, marchant presque sur la pointe des pieds et donnant parfois l’impression de glisser en silence ; ses long cheveux blanc ondulant dans son dos au rythme de ses pas.

La plupart de ses pièges étaient conçus pour se fondre dans la jungle. Cette fois, il dû s’adapter et user de matériel presque transparent. La tâche avait quelque chose de plus compliqué, alors Haru décida de faire quelques leurre, ci et là. Son but était d’attraper au moins trois élèves, les un à côté des autres, pour faire une jolie ligne. Pour marquer les esprits, surtout.

Devant une première porte, il attacha une corde autour de la poignée et un crochet au-dessus de la porte, pour y suspendre un seau dans lequel le contenu était un mélange d’eau, de terre, et de sirop rouge, saupoudré de feuille morte. Lorsque la porte s'ouvrirait, elle heurterait le seau qui alors, se renverserait. Il faudrait à l’élève de bon réflexe et de la rapidité pour l’éviter. Hartmann comptait sur l’état encore ensommeillé des élèves, pour s’y laisser prendre.

Il sentit quelques regards réprobateur se poser dans son dos, mais le professeur de survie n’En avait cure ; ses pièges n’étaient pas simplement d’enfantines plaisanteries. Ils lui serviraient aussi à savoir si ses éventuels prochain élèves, avaient la carrure d’assumer ses cours.

Devant une deuxième porte, il installa un simple piège à collet sous tension, qui viendrait se refermer lorsqu’un élève y poserait le pied, que ce soit autour d’une seule cheville ou des deux. Seul le hasard en serait maître ; en survie comme en bon nombre de choses, l’on était pas toujours maître de la situation et du résultat.

Enfin, devant la troisième porte et prenant l’heure qui lui restait, Haru prit sorti un contenant de sous sa toge et esquissa un lent sourire que personne ne fut en mesure de voir ; le professeur face à la porte. La sève bouillie puis mélangée à du charbon ; le liquide noir fumait encore de chaleur et le professeur Hartmann dû y tremper un vieux pinceau pour appliquer le mélange là où tournais la poignée de porte, ainsi que dans la fente du cadrage. De quoi, l’espérait-il, faire un peu paniqué l’élève qui ne réussirait pas à sortir, sans user de force ou de magie.

Une fois ses méfaits terminé, Haru ne fut pas suffisamment curieux pour rester sur place. Convaincut qu’il en aurait quelques échos, le maître de survie s’éclipsa comme il était venu ; bras joints devant lui, les mains dans les manches de son long manteau et l’air aussi neutre qu’une poupée de chiffon, il rejoignit la passerelle au moment où les premiers rayons du soleil venait poindre à l’horizon, juste avant que le paysage ne s’inonde d’or et de lave poudreuse.
Dim 3 Juin - 18:03
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://academiesolaria.forumactif.org
Gardien
Messages : 291
Date d'inscription : 27/08/2016


Épreuve d'intégration des Élèves du Cosmos


le 11 Samboor 2446

Avant que l'aube ne pointe derrière l'horizon, les membres du personnel terminent d'installer leurs petits pièges. L'un d'eux à passer toute la journée à récupérer une armée de rats. Il place plusieurs boîtes tout le long du couloir du dortoir. Leur ouverture est centralisée, si l'un des élèves déclenche le mécanisme qui ouvre l'une des boîtes, toutes s'ouvriront et les rats auront le loisir de gambader librement. Un autre qui s'y connaît en électricité est arrivé avant tout le monde pour détraquer l'un des interrupteurs, ainsi, si un élève tente d'allumer la lumière, il recevra une petite décharge électrique. Chacun est occupé à ses occupations et les pièges se multiplient rapidement.

Il est presque impossible d'y échapper, les élèves risquent d'être de mauvaise humeur pour le reste de la journée, mais la jubilation des membres du personnel n'en sera que décuplée. On entend alors les premiers réveils résonner derrière les portes des chambres. Rapidement, le couloir se vide. Rares sont les professeurs ou surveillants à s'être caché pour assister au spectacle. L'un d'eux cependant n'a rien à craindre puisqu'il peut se rendre invisible, en plein milieu du couloir, il ne ratera pas une miette des dégâts des pièges. Le couloir semble désormais complètement vide et les élèves sortent de leur chambre. Le couloir de l'aile sud est plongé dans la pénombre, malgré le soleil qui se lève lentement, l'heure de l'épreuve d'intégration est arrivée.

Directives:
 
Dim 10 Juin - 12:18
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Élève | Classe du Cosmos
Messages : 45
Date d'inscription : 20/12/2016

Carte d'Identité
Sorts:
2/25  (2/25)
Bénédiction: Soleil


L'arrivée de Shino à l'Académie


le 11 Samboor 2446

La petite chambre d'Antonio était encore plongée dans le noir. La veille, il avait pensé à fermer les rideaux en espérant pouvoir faire une grasse matinée. Tant que les cours n'avaient pas commencés, il voulait flâner et profiter de la tranquillité relative de l'Académie. Malgré cela, son sommeil avait été agité et depuis plus d'un quart d'heure, il alternait entre réveil et endormissement. Après s'être retourné plusieurs fois dans son lit simple et avoir remonté la couette jusqu'à son nez, il en avait eu assez et s'était levé. Encore seul dans sa chambre, il ne s'était pas préoccupé du bruit qu'il pouvait faire en se levant. Il n'alla pas tout de suite ouvrir les rideaux, il n'avait pas envie d'avoir les yeux brûlés par la lumière du jour qui se levait.

Il ramassa ses affaires jetés à la hâte sur le sol et s'habilla lentement. Comme à son habitude, il enfila une chemise blanche et un pantalon de toile marron. Quoi qu'en y réfléchissant, il avait envie d'être plus décontracté que d'ordinaire, alors il se dirigea vers sa valise qu'il n'avait pas encore entièrement défaite et en sortit un jean clair. Après avoir mis ses chaussures, il se décida enfin à entrouvrir les rideaux, ce qu'il regretta directement, mais au moins c'était fait. Il balaya alors la chambre du regard pour chercher sa trousse de toilette qu'il prit sous le bras. S'ayez, il était paré pour se diriger vers les salles d'eau et faire un brin de toilette avant de se diriger calmement vers le réfectoire. Son ventre était en train de se manifester et il avait bien envie de dévorer tout ce qu'il pourrait.

Ainsi, prêt, Antonio alla à la porte de sa chambre, mais fit demi-tour pour récupérer son téléphone. Il n'avait pas l'habitude de ce genre d'appareil, mais aujourd'hui, il voulait prendre des photos de l'établissement pour pouvoir étudier en détails les endroits intéressant à piller. Il n'avait toujours pas perdu de vue son objectif et comptait bien dénicher quelques trésors dans cet endroit. Enfin préparé, il ouvrit en grand la porte de la chambre et c'est alors qu'un cri strident résonna dans tout le couloir. Encombré par sa trousse de toilette, il ne parvient qu'à moitié à se boucher les oreilles avec ses mains. Il était en train de maudire ce bruit intérieurement alors que dans les chambres voisines, le son devait résonner et faire trembler les murs.

Seul dans le couloir et ne comprenant pas tout de suite la raison de ce vacarme, Antonio resta dans l'encadrement de la porte et il finit par lâcher pour lui-même :
- Putin ! mais qu'est-ce que c'est ! Qui fait ça ?!
Ce n'est qu'après s'être insurgé qu'il se décida à entrer complètement dans le couloir et refermer la porte de sa chambre. Le vacarme s'arrêta alors soudainement, mais le mal était fait, le bruit du klaxon avait résonné dans toute l'aile. La porte désormais close, Antonio put voir le klaxon accroché au mur. Il l'arracha de colère dans un geste sec et le laissa retomber au sol, un bruit étouffé se produisit lorsque l'objet claqua contre le parquet. Antonio se mit cette fois à crier dans le vide :
- Si j'attrape le responsable, je jure de le lui faire bouffer !
 
Mar 19 Juin - 21:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Des idées pour faciliter l'intégration?
» Journée d'intégration ! [Bizutage][Terminé]
» [Event 1] Soirée d'intégration
» KISA ELÈKSYON YON FANM TANKOU MANIGA TA REPREZANTE POU PEYI DAYITI
» [Guide]Les différents groupes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie Solaria :: Académie Solaria :: L'Aile Sud :: 3è Étage-
Sauter vers: